Je ne regarde pas la personne dans un premier temps mais la ressens, ce que je tente d’instaurer c’est un espace de résonance avec mon sujet “. 

Call to light de Linda Bujoli propose de vivre l’effet miroir du portrait comme une performance photographique. Femmes, hommes, enfants, individuellement, en famille, entre amis ou accompagnés de leur animal de compagnie, sont invités sur rendez-vous dans le studio itinérant de l’artiste.

Si ce dispositif varie selon son lieu d’implantation, l’espace de prise de vue, quant à lui, respecte un principe immersif et interactif. Une galerie d’art, un appartement, un entrepôt, un wagon de train se transforment en une chambre d’écho, une capsule temporelle.

Le projet Call to light acquiert de fait une dimension anthropologique, d’autant plus probante qu’un modèle n’est jamais seul. Il s’inscrit dans une fresque de visages constituant un portrait collectif.

Les portraits Call to light révèlent les liens invisibles mais sensibles qui nous unissent à l’Autre, dans ce face-à-face entre la photographe et son sujet.